Tai Chi Chuan - Gu Qi Dao - Boxe Chinoise/Martial - Méditation - Santé - Épée du Tai-Chi - Styles - Inscription 2020
Yang Chien-Hou - Houilles - Aramis - Tai chi chuan - Tai-chi-chuan - Martial - Tai-chi-chuan Martial - Tai-chi-chuan Santé - Qi Gong - Sanda - Gu Qi Dao - Épée du style Yang

YANG CHENGFU (1883-1936)

Sa personnalité était tranquille et avenante. 

Petit fils de Yang Luchan, dit Yang l’imbattable, Yang Chengfu durant sa jeunesse n’était pas intéressé par les arts martiaux, voyant s’entraîner nuit et jour son grand-père et ses oncles, il demeurait sceptique quand à la finalité d’un art qui au premier abord paraissait souple, sans grandes techniques violentes ou spectaculaires. Mais un jour, discutant avec son grand-père, celui-ci lui raconta les origines du Tai-Chi-Chuan, et comment il avait du voyager à travers la Chine pour apprendre auprès de la famille Chen, un savoir puissant, qui lui avait permis de se sortir facilement, sans blesser ses adversaire, des nombreux défis qu’il avait relever, par la suite, contre de multiples experts martiaux, souvent beaucoup plus imposants d’apparence que lui.

Emu et respectueux de la sincérité des mots de son grand-père, Yang Chengfu s’entraîna sans cesse durant 20 ans. Comme dirait mon professeur, il rentra chez lui et ferma la porte derrière lui, et la rouvrit le jour où il obtint une connaissance profonde des principes du Tai-Chi-Chuan.

Sa recherche durant toutes ces années, lui permit d’approcher les niveaux exceptionnels de son père et de son grand-père, et ses expériences l’amenèrent à modifier quelque peu la forme ancienne en y multipliant les postures hautes. Les positions devaient être dynamiques, ouvertes et relâchées afin tout d’abord d’améliorer la santé du pratiquant. Cette orientation allait à l’encontre de ses parents, il fut le premier maître de Tai-Chi à partager les secrets de famille avec le public et sa nature avenante lui valut un nombre incalculable d’élèves.

Quelques anecdotes :

Selon Gu Liuxi : "Yang Chengfu était doté d’une carrure impressionnante. Son adresse aux poussées des mains était remarquablement subtile. Ainsi, son art de la neutralisation de la force adverse et du "fajin" était inégalé à son époque. Lorsque l’on touchait son bras, celui-ci avait la douceur du coton mais semblait contenir une barre de fer. En bougeant très peu, il pouvait agir sur une longue distance et relâcher l’énergie extrêmement rapidement. A chaque fois que l’on recevait son énergie, avant même de percevoir son mouvement, on était soulevé et projeté dans les airs. Pour ces raisons, ses éléves appréciaient son art et éprouvaient un grand plaisir à suivre son enseignement".

"Son frère Yang Shaohou avait un caractère ferme et querelleur, ainsi, même si son nom était aussi connu que Yang Chengfu, seule la renommée de ce dernier fut florissante."

Selon Fu Zhongwen : "Un jour Yang Chengfu était à Shanghai, assis sur un lit. Je touchai une de ses mains, celui-ci fit un petit mouvement du poignet et me projeta 2 m plus loin, utilisant l’énergie peng qui provenait de son dantian. Il avait juste utilisé son énergie interne, sans bouger, assis sur le bord du lit."

Selon James Fu: "Un jour Yang Chengfu était au Wuhan, un élève voulait pratiquer la poussée des mains contre lui et arriva très énergiquement vers lui. Yang mit juste la main sur son ventre, celui-ci se mit à vomir, c’était fini."

"Une autre fois Yang fut invité dans une ville du Wuhan par un seigneur dénommé Liu. Quand il arriva des centaines de personnes l’attendaient, quelques-un jouaient même du tambour en son honneur. Au repas un expert de Kung fu voulait se confronter à lui. A chaque fois Yang déclinait l’invitation disant « nous ferions mieux d’être amis, il n’y a aucune raison que nous nous combattions » ; mais à la troisième fois, ne voulant pas passer comme le prétextait l’homme, pour une personne apeurée, sans réel niveau, Yang accepta le challenge. Le lendemain, dans la cour, devant tous les spectateurs, l’expert en Kung fu arriva avec un vrai sabre, alors que Yang, avait un sabre en bois. Essayant à plusieurs reprises de le pourfendre, Yang para, puis taillada et entailla l’avant bras de l’expert d’un coup rapide. Le sabre voltigea dans les airs. L’expert en Kung fu, le bras inutilisable, n’en revenait pas. Yang Chengfu avait fait gicler l’énergie interne à travers son sabre de bois, comme un laser."

YANG CHENGFU

Sun Lutang - Yang chien Hou - Yang Chengfu - Chen Fake - Wang XiangZhai - Fu Zhongwen - Gu Ji - Chang san feng - haut de la page